L’Union pour la Nation Congolaise, en sigle UNC, est un parti politique enregistré par Arrêté ministériel n° 111 du 19 juin 2010. Son idéologie est la social-démocratie.

Sa doctrine est basée sur les valeurs de l’égalité, de la liberté, de la justice, de la solidarité, du travail productif, de la tolérance, du droit à la différence et du mérite.

Sa devise est « l’Union pour la Paix et le Progrès de la Patrie ».

Que vise l’UNC ? L’UNC vise la conquête du pouvoir d’Etat par la voie démocratique. Pour ce faire, elle lance un cri de ralliement à tous les patriotes pour sauver le pays, le tirer du gouffre où il se trouve en relevant plusieurs défis existentiels qui sont notamment :

– la refondation de l’Etat en lui restituant toutes ses fonctions régaliennes ;

– la préservation de l’unité, de l’intégrité, de la souveraineté nationales et le retour de la paix totale ;

– la consolidation de la démocratie et l’acceptation par tous du principe républicain de l’alternance au pouvoir et du caractère non impératif du mandat des élus;

– la lutte contre la pauvreté en posant des bases d’un développement durable et autocentré ;

– la lutte sans merci contre la corruption et les systèmes maffieux qui gangrènent les rouages de l’Etat et son économie ;

– l’amélioration des conditions de vie en général (nourriture, éducation, soins de santé, habitat, emploi, eau potable, électricité, transport en commun, …) ;

– la lutte contre la marginalisation de la femme congolaise appelée à assumer, autant que son partenaire homme et plus que par le passé, des responsabilités publiques ;

– la garantie du droit de vote à tous les congolais y compris ceux vivant à l’étranger ;

– la lutte contre les antivaleurs et la médiocrité ;

– la lutte contre l’analphabétisme notamment par l’accès de tous à l’éducation et à la formation professionnelle;

– la relance de la production agricole, industrielle, des services et des oeuvres de l’esprit.

Quelques actions prioritaires de l’UNC

1. La refondation de l’Etat congolais par :

– le rétablissement de l’autorité de l’Etat protecteur des droits et libertés des congolaises et des congolais et de toute personne vivant sur le territoire congolais;

– la mise en place d’un gouvernement responsable exerçant pleinement ses prérogatives constitutionnelles (la fin du gouvernement parallèle) ;

– la réforme, la modernisation et la professionnalisation de l’armée, de la police, des services de sécurité et de l’administration publique ainsi que l’amélioration des conditions de vie de leurs membres ;